23 octobre 2009

place au Phénomène !!


Un phénomène qui a pris son temps, vacances obligent !

On a tous promis que ça ne se reproduira plus ...



01 Anne-Lise



02 Anne

02_anne



03 Estel

03_estel




04 Sarah

Je n'ai plus de visage désormais.

Je suis comme l'ombre de moi-même et pourtant, la lumière traverse mes pensées.

Le souvenir de ta robe plissée me fait sourire.

Enfin je crois...

Il fait si sombre tout autour.

Je suis blessé.

 

05 Thomas


Garniture #1
envoyé par MonsieurJaune



06 Franck



5 miles left
there's a dark coat on the shoulders of Mulholland Drive
your head turns, and turns, like a ring

3 miles left
you are a taxi driver on the lost highway
a foutain of unknown blood runs in your open veins, your disturbet mind

1 mile left
empty factory down the hill where everything takes end
and this time nobody is bringing out the dead.



07 Anne-Lise

08 Sarah

09 Anne

09_anne



10 Estel

10_estel



11 Franck


Un homme s'est

                                                noyé dans un verre d'eau

Il a erré, c'est la nuit dehors, dans un parking souterrain.
Il s'est allongé contre une bande blanche à demi effacée

et se couvrant du souffle chaud d'une bouche d'aération

                    il s'est endormi.

Au premier crissement de pneu, il a ouvert les yeux,

et dans un élan automatique, sa main a saisi une flasque

                    dans les plis
                                                                       de sa veste.

Le crissement a disparu,

       il y avait

                le bruit du liquide amer s'écoulant dans sa bouche.

Puis il est mort

                                               noyé dans un verre d'eau



12 Thomas


Garniture #1
envoyé par MonsieurJaune



13 Anne

SALUT LES CHATS
M
ON COEUR SAFFOLE
AH
         AH      AH

DUM DUM DIS DONC PFUIIT !

UENE GOUTTE ENCORE
U
NE GOUTTE CE TROP
I
LE ST TROIS HEURZS

BONSOIR LES CHATS
RHHHHAA AAAAH


14 Sarah

14_sarah

15 Thomas

50 PRINTEMPS

 

 

          SEQ SEQ 1 . INT. JOUR / Chambre de clinique

Plan large de la chambre fixe (depuis la porte d'entrée).

 

Une chambre de clinique, vide. La blancheur de la pièce met en exergue la lumière extérieure, blanche aussi, très intense. La fenêtre est ouverte et une légère brise fait danser le rideau en tissu fin. Dans cette chambre, un lit fait, une table de nuit vide, une chaise dos au mur et qui fait face au pied du lit. Sur cette chaise se trouve un sac. Un rayon de soleil projette l'ombre d'un arbre au sol, dont les feuilles tremblent lentement.

On entend des bruits venant d'une pièce voisine.

Au bout de trente secondes, une silhouette sort des toilettes et entre dans l'image à contre jour, se dirige vers le sac. Une fois devant le sac, on devine un homme d'une cinquantaine d'années, plaçant ses affaires de toilettes dans son sac. Il ouvre ensuite un placard à côté de la chaise, la lumière réfléchie par la porte ainsi ouverte éclaire le visage de l'homme. Il a l'air calme et organisé, serein.

Il place une petite pile d'affaires dans son sac et reste immobile face à lui, cherchant ce qu'il manque. Il se dirige vers la table de nuit, ouvre le tiroir et en sort une boite. Il la regarde en la faisant tourner, sans lire ce qu'il y a écrit dessus durant dix secondes.

Il replace la boite dans la table de nuit, referme le tiroir, marche rapidement vers le sac, le referme, prend un gilet dans le placard, referme la porte, prend son sac et se dirige vers la sortie.

 

L'homme arrive sur la caméra. NOIR.

 

SEQ SEQ 2. INT. JOUR / Couloir

Fondu enchané rapide du noir sur une porte d'ascenseur fermée, en plan moyen.

 

La porte de l'ascenseur s'ouvre, découverte sur une infirmière équipée d'une table à roulette sur laquelle se trouvent une batterie d'appareils de mesures médicales, dont un électrocardiogramme et un tensiomètre. L'infirmière fait un sourire à la caméra.

L'homme entre dans le champs en pénétrant dans l'ascenseur, il se place à côté de l'infirmière, le sourire qu'il était en train de lui rendre est encore sur ses lèvres, la porte se referme.

 

           SEQ SEQ 3. INT. JOUR / Ascenseur

Séries de gros plans des visages, de plans poitrine et de plans rapprochés des jambes.

 

L'homme ne bouge pas, il regarde la lumière du plafonnier comme on regarde les étoiles, l'infirmière regarde le visage de l'homme, puis la lumière également, esquisse un léger sourire tout en redescendant sur les yeux de l'homme. Son attention se porte sur le sac que l'homme porte à sa main gauche, comme une valise. Le visage de l'infirmière change alors d'expression, elle est intriguée et inquiète mais ne parle pas, ne bouge plus. L'homme lâche la lumière du regard, observe le visage de l'infirmière, puis tout en le suivant, regarde son sac.

L'ascenseur arrive au rez-de-chaussée, la porte s'ouvre sur les deux personnages immobiles. Trois personnes attendent pour entrer, l'homme sort de l'ascenseur puis du champs, l'infirmière le suit du regard mais reste dans l'ascenseur, inquiète. Les trois personnes entrent dans l'ascenseur en discutant des étages, les portes se referment.

 

           SEQ SEQ 4. EXT. JOUR / Parking de la clinique

Plan très large de l'entrée de la clinique.

 

Un grand et beau parking, illuminé par un soleil blanc mais chaleureux. On peut voir les arbres qui projetaient leur ombre dans la chambre, la légère brise fait toujours vibrer délicatement les feuilles.

Quelques personnes se dirigent de diverses manière, plus ou moins rythmées, vers l'entrée de la clinique, un vieil homme fume une cigarette à la fenêtre de sa chambre. L'homme que l'on suit depuis le départ sort alors et marque une pause en bas des quelques marches de l'entrée. Il regarde le ciel, puis un arbre, puis les groupes de gens qui entrent dans la clinique, puis part vers la gauche, pendant sa traversée de l'image, on peut voir le vieil homme  se faisant rabrouer par une infirmière qui jette la cigarette et ferme la fenêtre. L'homme sort à nouveau du champs de vision.

 

           SEQ SEQ 5. EXT. JOUR / Abris bus

Plan moyen du banc de l'abris bus, à hauteur de visage.

 

L'homme est assis dans l'abris bus, il a toujours l'air aussi serein et observe les gens de divers âges qui l'entourent et arrivent, écoutant leur dialogue comme on écoute une musique qu'on aime.

 

           SEQ SEQ 6. EXT. JOUR / Parking de la clinique

Plan identique à la séquence 4.

 

Un médecin, un infirmier et l'infirmière de l'ascenseur sortent de la clinique et courent vers la gauche.

 

            SEQ SEQ 7. EXT. JOUR / Arrêt de bus

Plan d'ensemble de l'abris bus et de l'arrêt.

 

Un bus couvre toute l'image et part immédiatement, découvrant l'arrêt de bus où arrivent le personnel soignant qui freine sa course voyant le départ du bus. Les trois personnages regardent un instant le bus partir, chacun reprend son souffle, puis tous les trois repartent d'où ils sont arrivé.

 

            SEQ SEQ 8. EXT. FIN DE JOURNÉE / Rue de lotissement

Plan très large de la rue

 

Le bus arrive tout au fond de la rue, s'arrête puis repart. Notre homme qui en est descendu est alors visible, il regarde la rue un instant puis descend du trottoir en direction de la caméra.

 

           SEQ SEQ 9. EXT. FIN DE JOURNÉE / Jardin

Succession de plans rapprochés et de gros plans de l'homme.

 

Depuis le jardin entouré d'un mur de pierres blanches, dos à la maison, en face le portail en fer peint en rouge, derrière le portail, l'homme et son sac.

L'homme entre dans le jardin, poussant le portail lentement, il a le regard fixé sur quelque chose et se dirige vers elle.

 

Plan large en plongée, depuis le toit de la maison.

 

L'homme se dirige vers un cerisier en fleur, lentement. Il regarde chaque branche. Arrivé à proximité de l'arbre, il lâche son sac, fait le tour, puis touche le tronc en le caressant.

 

Retour aux plans rapprochés et gros plans.

 

L'homme est à présent heureux, il regarde chaque branche, chaque feuille et chaque pétale de l'arbre en touchant parfois de petites branches. Puis, il recule tranquillement pour mieux observer l'arbre dans sa totalité, quelques pétales commencent à tomber.

Des bruits de voiture roulant vite et une sirène d'ambulance se font entendre au loin, elles se rapprochent.

 

La caméra monte par dessus le mur du jardin.

 

On voit la rue en perspective, le soleil a quasiment disparu, la voiture et l'ambulance arrivent à toute vitesse. Une femme sort de la voiture et court vers le jardin.

 

Femme :

- Michel !

 

Le personnel soignant sort de l'ambulance avec tout le matériel nécessaire à une réanimation, puis pénètre dans le jardin. La caméra les suit, repasse par le mur, puis s'arrête au-dessus de l'arbre.

L'homme est étendu au sol, avec toujours le même air serein, il est entouré des pétales du cerisier.

Le personnel soignant commence les chocs cardiaques, la caméra monte dans le ciel en suivant la scène.

 

FONDU AU NOIR

 

          GÉNGÉNERIQUE.



16 Anne-Lise



17 Franck

Des images, le son coupé, en couleur, sur la courbe du verre.

Des images, et puis des mots en accompagnement. Mais toujours pas de son.

La pièce plonge dans le noir.

Je me retrouve à la lisière d'une forêt, une nappe étendue sur le sol sert de terrain de jeu à
quelques insectes.

Ca se couvre, l'ombre d'un nuage nous plonge dans le noir.

Je redresse la tête, le ciel, les yeux fermés, déverse sa fatigue sur nos corps. Les plocs de lassitude
œuvrent comme une cacophonie de métronomes.

Et quand le son revient, je suis déjà couché, les doigts agrippés à la couette,

plongé dans le noir.



18 Estel

18_estel

Posté par franckd à 12:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur place au Phénomène !!

Nouveau commentaire