22 octobre 2009

Le silicium

Episode 4 de l'aventure cadavérique, avec Thomas qui a bien trouvé sa place, et les 5 d'origine dont je me fais un plaisir de rappeler les prénoms: Anne, Anne-Lise, Estel, Sarah et Franck


01 Anne

01_anne
 



02 Anne-Lise



03 Sarah

Les ailes imprégnées de l'infiniment bleu, tu t'élances...
Tes peaux pailletées scintillent dans la lumière.
D'un souffle tu parcours le monde, de l'aurore au couchant.
Ta respiration est régulière, tes yeux sont clos.
Le voyage se termine là où commence l'autre monde.
Il faut remonter maintenant, on t'attend là-haut...




04 Thomas


Garniture #1
envoyé par MonsieurJaune



05 Estel

05_estel



06 Franck

Mon réveil sonne à 7h57; le temps d'aller aux toilettes, et je peux allumer le poste de radio à
7h59, écouter la météo, le cœur serré, puis enchaîner avec les titres du journal de 8h.

A 8h03, le sort de ma journée en est jeté; le temps qu'il va faire, et les titres énoncés brièvement
par le journaliste, décident à eux seuls de mon moral pour les 12 heures à venir.

Ca fait des années que mon fonctionnement quotidien est réglé sur cette belle mécanique. Je
suis ce pauvre rat égaré dans la boîte de Skinner ... j'y crois, et je ne m'en rends pas compte.

A 8h15, buvant machinalement mon café, elle pénètre dans la cuisine, ses cheveux couvrant
les traits tirés de son visage, vêtue d'une nuisette élimée et délavée, et de grosses chaussettes
en laine verte, m'adresse un rapide bonjour sans vraiment m'embrasser, puis part dans la
direction opposée, traînant le pas, toilettes ou salle de bain, je ne saurais le dire: je l'aime.

8h39, je suis à la bourre. L'ascenseur bloqué au 4e, je dévale les marches de l'escalier 4 par 4.
Au 2e étage, je me rends compte que j'ai oublié mon parapluie, tant pis; 300 mètres pour
atteindre la bouche de métro, c'est suffisant pour arriver trempé. Je sors mon pass automatique
de mon porte feuille.
Une infime bousculade sur ma droite, mes papiers se retrouvent à terre, baignant dans le jus que
des milliers de godasses dégoulinantes ont laissé en souvenir dans cette station. Le poisse me colle.
Je suis surpris et prends alors une décision gravissime:
demain, je règle mon réveil à 7h53, que j'ai le temps d'écouter aussi l'horoscope de 7h55.



07 Anne-Lise



08 Estel

08_estel

09 Anne

09_anne



10 Sarah

Je marche d'un pas assuré vers des jours meilleurs !

L'empreinte laissée par ma botte fait taire l'horizon.

Bouts de chiffons et bottes de paille, mon corps se consume de l'intérieur.

Effrayés par ma vue,

Merles moqueurs et pies voleuses s'éloignent vers d'autres contrées.

Je laisse désormais planer une ombre capricieuse sur ces parterres dorés.

Victoire !



11 Franck

11bis_franck



12 Thomas

12_thomas



13 Estel

13_estel



14 Anne-Lise



15 Thomas


Garniture #1
envoyé par MonsieurJaune



16 Anne

16_anne



17 Sarah

Si on me demande, dites que je suis parti,
Absent pour quelques décennies.
"Il a cassé sa pipe, mon dieu tout est fini !"

Si on me demande, dites que je ne suis pas là,
Absent pour le reste du monde, même pour toi.
"Il a cassé sa pipe, il ne reviendra pas !"

Si on me demande, dites que je suis occupé,
Absent pour un moment, meurtri par la réalité.
"Il a cassé sa pipe, il part le premier !"

Si on me demande, dites que je me suis perdu,
Absent pour de bon, parce que j'en ai plein le ...
"Il a cassé sa pipe, c'est un vrai malotru !"

Si on me demande, dites que j'en ai marre,
Absent perpétuel de ce monde de barbare.
"Il a cassé sa pipe, quel drôle de hasard !"

Si on me demande, dites un peu ce qui vous amuse,
Je suis las de trouver des excuses.
"Il a cassé sa pipe ? Il a cassé sa pipe."



18 Franck

Posté par franckd à 21:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le silicium

Nouveau commentaire